Publications de l’École française de Rome https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr CC0 publ@efrome.it Dalla ceramica alla storia economica : il caso di Palermo islamica Negli ultimi anni lo studio della Sicilia islamica, per lungo tempo affidato esclusivamente all’analisi delle fonti scritte, ha beneficiato di numerosi nuovi risultati archeologici, i quali hanno permesso di accedere a nuovi tipi di informazioni utili a gettare luce su alcuni aspetti della storia sociale ed economica dell’isola. Allo stesso tempo si è reso necessario distinguere la cultura materiale tipica dell’età islamica da quella della successiva epoca normanna, a lungo considerate un tutt’uno. Questo nuovo approccio allo studio della Sicilia islamica ha portato a far emergere in maniera sempre più evidente il ruolo chiave che Palermo ebbe nelle dinamiche politiche, economiche e sociali del Mediterraneo centrale.
Il presente lavoro si inserisce in questa nuova fase degli studi e si concentra sulla capitale siciliana, osservata attraverso il filtro delle sue produzioni fittili destinate sia al mercato locale sia al più ampio mercato mediterraneo, oltre che delle importazioni ceramiche. Per la prima volta vengono messi a sistema oltre 40.000 frammenti provenienti da contesti archeologici di diversi siti palermitani ed extra-urbani al fine di proporre un utile strumento di lavoro per lo studio dei depositi stratigrafici. Allo stesso tempo questo lavoro classificatorio permette anche e soprattutto di mostrare il contributo che la fonte archeologica, ed in particolare la ceramica, può offrire nella ricostruzione della storia economica di un periodo e di un’area geografica che per lungo tempo è stato considerato avvolto nell’oscurità.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/56818 2024-03-20 Viva Sacco Publications de l’École française de Rome it Publications de l’École française de Rome
St Peter of Osor (Island of Cres) and Benedictine monasticism in the Adriatic area This book gathers the proceedings of the international round-table Saint-Pierre d'Osor et le monachisme bénédictin dans l'espace adriatique held in 2018 at Osor on the island of Cres (Croatia), which marked the culmination of twelve archaeological campaigns (2006-2017). The aim of this meeting was to present and contextualise, on a broad geographical and chronological scale, our knowledge of the monastery of St Peter and Benedictine monasticism in the Adriatic, whose importance in the reform of the Church in the 11th century was magnified by the Camaldolese Annals in the 18th century. This multi-disciplinary study of St Peter of Osor and its representations
allows us to compare the available sources (archaeological, literary and archival) and to renew our understanding of the island monastery, its presumed foundation by Gaudentius, bishop of Osor and then monk at the Porto Novo monastery in Ancona, and its role in the implementation of the reform. It also sheds new light on Benedictine expansion, the spread of monastic culture, artistic transfers, the movement of people and networks of sociability between the shores of the Adriatic. Finally, it examines the dialogue between archaeology and history.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/53708 2024-03-18 Sébastien Bully, Morana Čaušević-Bully et Stéphane Gioanni Publications de l’École française de Rome en Publications de l’École française de Rome
L’Inquisition romaine et la France Ce volume propose un bilan et une prospective sur l’histoire des relations qu’entretiennent, du XVIe au XIXe siècle, l’Inquisition romaine et la France. Si l’ouverture de l’Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (1998) a permis des progrès considérables, tant de l’histoire de l’Inquisition elle-même que de l’histoire intellectuelle du monde catholique, l’historiographie s’est jusqu’à présent surtout focalisée sur les territoires où le Saint-Office exerçait une pleine juridiction, et donc peu sur la France. Il s’agit dans cet ouvrage de réévaluer le rôle de la Congrégation dans la vie du catholicisme français, et inversement la place de la France dans l’histoire de la plus puissante des administrations pontificales.

Quels furent les acteurs de la mise en place et du maintien de ces rapports ? Quels étaient leurs différents terrains d’intervention ? Suivant quelles modalités cette autorité sans juridiction s’est-elle construite ? Toutes ces questions sont abordées dans un temps long, pensé par Paolo Prodi comme une « époque de l’histoire de l’Église », caractérisée par la permanence d’un paradigme fonctionnel. Cette enquête place donc l’époque moderne au centre de son questionnement, mais entend aussi interroger la genèse et le devenir des logiques modernes, en essayant de penser les ruptures et continuités liées à ce même paradigme.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/56816 2024-03-06 Albrecht Burkardt et Jean-Pascal Gay Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Le scarabée et l’amphore Dès le IXe siècle av. J.-C. sont déposés dans les tombes de la région de Naples des objets importés, notamment à Pontecagnano et Capoue. Amphores de transport, vases à boire ou à parfums et ornements originaires de Grèce, du Levant, de Carthage, d'Italie adriatique ou d'Étrurie deviennent plus nombreux et diversifiés encore avec la fondation par des Grecs d'Eubée de Pithécusses puis de Cumes au milieu du VIIIe siècle av. J.-C. Comment expliquer leur présence et comment ces objets découverts en contexte funéraire peuvent-ils servir une enquête sur les échanges des vivants ?
À partir d’un inventaire des objets importés et de la production de nombreuses cartes inédites, cet ouvrage entend non seulement réaliser une ethnographie économique de la distribution des objets allogènes dans les tombes, mais aussi proposer une histoire comparée des échanges des micro-régions campaniennes. Cette étude à plusieurs échelles montre les possibilités d'une histoire économique régionale à partir de sources archéologiques. Par l’étude conjointe des sociétés grecques, étrusque et osques, la Campanie se révèle ainsi un laboratoire exceptionnel pour retracer les échanges des sociétés méditerranéennes archaïques.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/50612 2023-12-13 Ségolène Maudet Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
« Je révise les images... » Le recueil de gravures des Evangelicae historiae imagines paraît en 1593, puis deux ans plus tard, toujours à Anvers, accompagné d’un vaste ensemble de méditations rapportées à ces gravures et signées du nom de Hieronimus Natalis, mort quinze ans plus tôt et qui avait été l’un des plus proches collaborateurs d’Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus en 1540. Ces images, produites pour la majorité d’entre elles par les plus célèbres graveurs sur cuivre de leur temps, les frères Wierix, avaient connu une très lente et tumultueuse genèse depuis le début des années 1560. Leur conception finale révèle l’extrême complexité de leurs enjeux théologiques, exégétiques et esthétiques. Sommet de l’image religieuse et de l’exégèse du récit évangélique dans cette fin du XVIe siècle, les Imagines et les Adnotationes et Meditationes deviendront pour les deux siècles suivants un parangon adapté et transformé de mille manières. Reconstruites ici pour la première fois dans la totalité de sa trajectoire, la genèse, la structure et la postérité de ce recueil de gravures lettrées, légendées et glosées rend compte du destin de l’image dans le monde du catholicisme post-tridentin, de l’Europe au Mexique et au Pérou, à la Chine et au Japon.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/51445 2023-12-06 Ralph Dekoninck, Pierre-Antoine Fabre et Walter S. Melion Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Bibliographie analytique de l’Afrique antique LII (2018) La présente chronique fait suite aux bibliographies parues sous les signatures de J. Desanges et S. Lancel, d’abord dans le Bulletin d’Archéologie Algérienne (I, 1962-1965, à III, 1968, pour les publications des années 1961 à 1966), et ensuite en fascicules séparés (de IV, 1970, pour 1967, à XIX, 1989, pour les années 1984 et 1985). Cette entreprise a été poursuivie, à la demande de J. Desanges et de S. Lancel, par Y. Le Bohec, avec la collaboration de J.-M. Lassère, à partir du fasc. XX, 1991, pour les publications de l'année 1986, jusqu’à XXX, 2001, pour 1996. J.-M. Lassère et Y. Le Bohec ont également publié, en 1998, à l’ÉFR, un volume indépendant, Bibliographie analytique de l’Afrique antique, Index des fascicules I (1962-1963) à XXVII (1993). Puis J. Debergh a rejoint Y. Le Bohec à partir de XXXII, 1998, en 2003 jusqu’à XXXVIII, 2004, en 2011. Ces derniers nous ont associées à la publication des fascicules XXXVII (2003), 2009 et XXXVIII (2004), 2011, puis nous ont demandé d’assurer la publication de la BAAA à partir de 2012 (fasc. XXXIX, 2005). Depuis 2014 (fasc. XLII, 2008), nous avons associé à notre tour Lluís Pons Pujol au titre de collaborateur, et depuis 2017 (fasc. XLV, 2011), l’équipe s’est enrichie de nouveaux collaborateurs, Laurent Callegarin, Mathilde Cazeaux, Elsa Rocca, remplacée cette année par Hernán González Bordas, Thomas Villey et Stéphanie Guédon. Depuis le volume XLVI (2012), 2018, celle-ci fait désormais partie des rédacteurs.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/56957 2023-12-06 Claude Briand-Ponsart, Michèle Coltelloni-Trannoy, Stéphanie Guédon, Lluís Pons Pujol, Laurent Callegarin, Mathilde Cazeaux, Hernán González Bordas et Thomas Villey Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Protéger, libérer, assujettir Au milieu du XIVe siècle, la commune de Florence, qui ne contrôlait jusqu'alors qu'un petit territoire au-delà des murs de la cité, le contado, réussit à assujettir les six principaux centres urbains voisins : Colle Valdelsa, San Gimignano, Prato, Pistoia, Volterra et San Miniato. Pour mener à bien cet assujettissement, le pouvoir florentin ne pouvait cependant se contenter d’une pure et simple conquête militaire : l’issue en aurait été non seulement incertaine mais surtout très difficile à consolider dans le temps. Car même s’ils n’avaient pas atteint l’importance démographique des grandes cités de la région, les centres convoités étaient parvenus à maintenir leur autonomie depuis plus d’un siècle. Ils avaient par conséquent développé une identité politique et culturelle propre, en vertu de laquelle ils auraient pu, une fois conquis, refuser la soumission et constituer partant des foyers permanents de révolte. D’où la nécessité pour les Florentins d’élaborer des instruments en mesure de légitimer leur domination et d’en assurer ainsi la pérennité. Quels furent les mécanismes explicites et implicites de cette entreprise de légitimation ? À partir d’une étude approfondie des actes juridiques qui formalisèrent la soumission et du discours produit sur celle-ci par les chroniques contemporaines, cet ouvrage en analyse les ressorts politiques et culturels. Il permet ainsi de comprendre comment et pourquoi cet assujettissement fut paradoxalement pensé comme la condition nécessaire au maintien de la libertas.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/51246 2023-11-23 Solal Abélès Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Transitions funéraires en Occident Depuis plusieurs décennies, le rapport à la mort et aux morts connaît une véritable mutation dans la société occidentale. Transformations des rites funéraires, notamment sous l’effet de la déchristianisation de l’Occident, diffusion d’un pluralisme religieux, pratiques individuelles en sont les traits les plus marquants. Mais c’est davantage l’acte de mourir, voire la définition même de la mort, qui semblent aujourd’hui changer radicalement.

Cette mutation, profonde, n’est pourtant pas un fait nouveau. Elle n’est que le prolongement d’une autre transformation, plus ancienne, qui a touché l’ensemble du monde occidental dès le XVIIIe siècle, où l’on a commencé à déplacer et éloigner les sépultures à la périphérie des villes. La « transition » – si ce n’est la rupture – qui s’est alors produite en seulement quelques générations est venue bouleverser un régime funéraire qui s’était imposé depuis la fin de l’Antiquité, articulant des espaces destinés aux morts aux lieux sacrés, et faisant cohabiter les vivants et les défunts.

Cet ouvrage vient analyser la manière dont s’est mis en place cet effacement progressif à travers les siècles, en tentant de dresser une histoire longue des rapports entre les vivants et les morts.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/52128 2023-10-27 Guillaume Cuchet, Nicolas Laubry et Michel Lauwers Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Gouverner par le hasard : le tirage au sort des provinces à Rome (III<sup>e</sup> s. av. J.-C.-I<sup>er</sup> s. ap. J.-C.) Le tirage au sort ne fut jamais une spécificité des régimes démocratiques. À rebours d’une idée reçue, cette procédure, appelée sors ou sortitio en latin, occupait une place centrale dans la vie publique de la Rome républicaine et impériale, bien que le système politique de cette cité devenue un Empire ne fut jamais une démocratie. Si le recours au tirage au sort était fréquent dans la sphère privée ou dans les sanctuaires oraculaires, il était aussi au cœur du fonctionnement des institutions et servait à sélectionner des citoyens ou à répartir entre eux des fonctions. Ce livre retrace l’histoire, de l’époque médio-républicaine à l’époque augustéenne, de l’un des tirages au sort civiques les plus cruciaux pour la cité romaine : celuides provinces,qu’effectuaient consuls et préteurs en exercice, puis sortis de charge. Cette sortitio permettait de répartirle commandement des armées et les principales tâches juridiques, judiciaires et administratives à Rome et dans l’empire romain entre les magistrats curules, tout en limitant les effets délétères de la compétition aristocratique et la corruption. L’enquête, qui s’appuie sur un corpus mêlant sources littéraires, épigraphiques, numismatiques et archéologiques, cherche à restituer, d’une part,les règles qui encadraient cette procédure, c’est-à-dire l’ensemble des coutumes, lois, sénatus-consultes, qui réglaient l’attribution des provinces par le sort, et, d’autre part, la manière dont le rituel était effectué et perçu. Plus largement, c’est une réflexion sur la place et le rôle qui étaient réservés au hasard dans la vie et la culture politiques romaines, et sur les significations religieuses et sociopolitiques que lui prêtaient les Romains, qui est ici proposée.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/48514 2023-08-24 Julie Bothorel Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Les Italiens de Tunisie Entre la fin du XIXe siècle et la Première Guerre mondiale, le jeune État italien connaît un vaste mouvement migratoire qui porte plusieurs millions de ses citoyens à chercher fortune ailleurs. Si les pays américains et européens accueillent la majeure partie de cette population, d’importantes communautés s’installent également sur les côtes méridionales du bassin méditerranéen. C’est notamment le cas de la Tunisie, devenue protectorat français, qui compte près de 90 000 Italiens en 1905 pour seulement 35 000 Français.

Cette majorité démographique des Italiens ainsi que leur implication active dans le développement économique du territoire ne sont pas sans créer des tensions entre la France et l’Italie, pour qui la Tunisie représente une sorte de « colonie manquée » qui vient raviver ses aspirations colonialistes en Afrique. Cette communauté est d’autant plus singulière que les ressortissants de la Péninsule, majoritairement ouvriers, se trouvent dans une situation inter­médiaire entre la classe dominante des colonisateurs français et celle des colonisés tunisiens, dont ils partagent pourtant les mêmes conditions de vie. Cet ouvrage, à travers l’exemple des Italiens de Tunisie, interroge ainsi la manière dont une identité nationale peut se construire en dehors de toute territorialité.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/51096 2023-07-28 Gabriele Montalbano Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Pour le pape-roi Au milieu du XIXe siècle, l’unification de l’Italie autour du royaume de Piémont-Sardaigne conduit à la disparition des États pontificaux. Cet événement a des répercussions dans toute l’Europe, et notamment en France. Le soutien apporté par Napoléon III à la cause italienne pousse en effet les catholiques, inquiets du sort du pape, à se détacher du régime impérial.

Cet ouvrage met en lumière la mobilisation massive des catholiques français en faveur de la papauté au cours des années 1860 et montre comment le Saint-Siège a cherché à en tirer profit pour faire face aux difficultés causées par l’effondrement de son pouvoir temporel. À ce titre, une attention particulière est accordée aux aspects militaires (engagement au sein des zouaves pontificaux) et financiers (dons au denier de Saint-Pierre) du mouvement.

L’ampleur de ce soutien et la diversité des formes qu’il prend montrent que, à rebours de certaines idées reçues, le XIXe siècle constitue pour la papauté et l’Église bien moins une période de déclin qu’un moment d’élaboration de nouveaux moyens d’action destinés à perpétuer leur influence.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/50898 2023-07-07 Arthur Hérisson Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Ostia e <em>Portus</em> dalla Repubblica alla Tarda Antichità Il volume raccoglie sedici studi che fanno parte di ricerche in corso e inedite o presentano nuove sintesi sull’archeologia e la storia di Ostia e Portus, il porto di Roma, tra l’età repubblicana e la tarda antichità. Quattro sono i temi maggiori dei contributi: la storia dello sviluppo urbano della colonia di Ostia; lo studio della circolazione e dello scambio di merci e persone, attraverso la cultura materiale, le monete e l’epigrafia; le trasformazioni monumentali e urbane, nonché le tracce e gli effetti dell’espansione del cristianesimo, alla fine dell’Antichità; infine, le mutazioni delle infrastrutture e del paesaggio portuale del sito di Portus, tra il periodo imperiale e la tarda antichità.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/48573 2023-06-15 Maria Letizia Caldelli, Nicolas Laubry et Fausto Zevi Publications de l’École française de Rome it Publications de l’École française de Rome
Les fils de Pompée et l’opposition à César et au triumvirat (46-35 av. J.-C.) Les fils de Pompée, Cnaeus et Sextus, sont deux acteurs majeurs des guerres civiles de la fin de la République romaine. Cette thèse propose de reconsidérer leur parcours politique et militaire durant les années 46 à 35 av. J.-C, en soulevant deux questions complémentaires : de quelle façon construisirent-ils leur légitimité et leur pouvoir ? Quelle était la composition de leur entourage et comment fonctionnait-il ? Pour en traiter, des sources littéraires sont à notre disposition – notamment Cicéron, Appien et Cassius Dion –, mais afin d’approfondir l’enquête il a fallu réaliser deux études préalables : d’abord, un examen des émissions monétaires des deux frères, pour analyser la représentation de leur pouvoir et de leur légitimité ; ensuite, une prosopographie de leur entourage afin d’identifier leurs partisans et de comprendre la façon dont se forme puis évolue ce groupe. Les acquis de ces deux études ont permis, outre une analyse plus approfondie de leur action en péninsule Ibérique et Sicile, d’apporter de nouveaux éléments aux réflexions en cours sur la nature et le fonctionnement des formations politiques à Rome à la fin de la République.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/50527 2023-06-15 Guillaume de Méritens de Villeneuve Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Moines, saints et hérétiques dans l’Éthiopie médiévale Ēwosṭātēwos (Eustathe sous forme francisée) fut à l’origine de la fondation de plusieurs monastères dans le premier tiers du xivsiècle au nord du royaume chrétien d’Éthiopie. Outre le plaidoyer pour l’indépendance des moines à l’égard des laïcs, Ēwosṭātēwos prônait la stricte observance des deux sabbats, samedi et dimanche, une doctrine jugée hérétique par le souverain et le métropolite égyptien, qui dirigeait l’Église éthiopienne. Les disciples d’Ēwosṭātēwos, les eustathéens, furent mis alors au ban de la société chrétienne dès la seconde moitié du XIVe siècle. Malgré les persécutions, les eustathéens multiplièrent les fondations au nord du royaume, contribuant à la diffusion de leurs idées et fragilisant l’unité de l’Église éthiopienne. Au milieu du XVe siècle, à la faveur du succès rencontré par le respect des deux sabbats, les eustathéens parvinrent à faire triompher leurs positions auprès du roi Zarʾa Yāʿeqob, et devinrent dès lors les précieux alliés du pouvoir royal.

Comment expliquer la trajectoire étonnante du mouvement fondé par Ēwosṭātēwos? Cet ouvrage cherche à la fois à comprendre l’expansion paradoxale des premières communautés eustathéennes et les significations de l’hétérodoxie dans la société de l’Éthiopie médiévale. En s’appuyant sur l’analyse des récits des origines et des archives croisée à des enquêtes de terrain, cette enquête démontre que les eustathéens ont su mobiliser de multiples stratégies pour s’implanter au nord du royaume. Ce livre s’attache à montrer comment ces moines ont fait de l’écrit un puissant instrument d’affirmation et de défense face aux différents pouvoirs.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/46852 2023-05-11 Olivia Adankpo Labadie Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Le charisme en politique Cet ouvrage confronte le concept wébérien de charisme aux pratiques politiques antiques. À quelles conditions peut-on parler du charisme de l’oligarque, du roi, du général, du consul, de l’empereur ? Quelles étaient, dans l’Antiquité grecque et romaine, les modalités concrètes de construction et de mise en scène du pouvoir charismatique ? Les contributions reviennent sur les réflexions de Weber en les mettant à l’épreuve d’études de cas contextualisées, s’inscrivant dans le temps court des crises ou sur la longue durée. En se gardant de (re)lire toute la vie politique antique au prisme du charisme, il s’agit de souligner l’utilité de ce concept pour saisir certains pouvoirs personnels et, en retour, d’évaluer l’intérêt de ces cas concrets pour ajuster le concept wébérien. L’ouvrage insiste ainsi sur l’importance de la rhétorique des émotions ou de la communauté émotionnelle, tout en soulignant la coexistence d’éléments charismatiques, légaux-rationnels et bureaucratiques. Il tente également de comprendre comment un pouvoir originairement révolutionnaire pouvait se « quotidienniser » sans pour autant disparaître. 

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/49895 2023-04-19 Pascal Montlahuc, Jean-Pierre Guilhembet et Raphaëlle Laignoux Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Savoirs profanes dans les ordres mendiants en Italie (XIII<sup>e</sup>-XV<sup>e</sup> siècle) Les ordres mendiants (Franciscains, Dominicains mais aussi Ermites de saint Augustin ou Carmes) ont joué un rôle majeur dans la production du savoir à la fin du Moyen Âge. Auteurs de nombreux ouvrages dans tous les domaines de la culture, ils ont aussi largement contribué à la diffusion des manuscrits et des idées ainsi qu’à l’approfondissement des disciplines, grâce aux lieux d’enseignement et de débat abrités dans les couvents. Or, si ces ordres ont été largement étudiés pour leurs apports en théologie, leur place dans le développement des savoirs dits profanes, c’est-à-dire non liés à leur vocation religieuse, a été moins souvent abordée. Tout autant producteurs que passeurs de savoirs, les Mendiants ont contribué de manière décisive à la redéfinition et à l’essor des disciplines enseignées dans les universités ou pratiquées dans les cours. En se concentrant sur l’Italie, laboratoire intellectuel et culturel de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance, ce volume cherche à comprendre leur importance dans plusieurs domaines essentiels de la culture des débuts de la Modernité, notamment les arts libéraux, les sciences de la nature, la littérature, la rhétorique ou encore la géographie.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/50745 2023-04-04 Joël Chandelier et Aurélien Robert Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Notables et notabilité dans le <em>contado</em> florentin des XII<sup>e</sup>-XIII<sup>e</sup> siècles Étroitement associé au triomphe de la ville, le nom de Florence évoque l’éclosion d’une culture politique et sociale contenue aux murs de la cité. La documentation conservée par les institutions ecclésiastiques témoigne du dynamisme précoce des sociétés rurales. En prenant pour cadre le quart sud-est du contado florentin, l’ouvrage met en lumière la participation et la résistance des populations rurales au processus de formation d’un territoire dominé par la cité. On s’intéresse ici à une mosaïque de sociétés dont la structure sociale ne se résume pas à l’opposition frontale entre seigneurs et paysans. Riches tenanciers, intermédiaires seigneuriaux, artisans ruraux, notaires, clercs et frères convers viennent compliquer le panorama. Ils participent à la formation d’un milieu de notables affranchis, au moins partiellement, des contraintes les plus pressantes du travail contraint ou vivrier. À travers l’étude de ces notables, l’ouvrage interroge les ressorts et l’évolution de la domination sociale dans une période de profonde transformation des structures politiques et économiques.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/31285 2023-02-15 Philippe Lefeuvre Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Sidi Jdidi III Cet ouvrage complète les deux volumes qui rendaient compte des fouilles intervenues entre 1991 et 2006 à Sidi Jdidi, l’ancienne Aradi. Ils traitaient respectivement d’une basilique chrétienne et du groupe épiscopal étudiés dans leur contexte. Le troisième volume concerne le matériel numismatique issu des deux sites, soit 938 monnaies. À partir des identifications dues à Cl. Brenot, elles ont été rapportées à la stratigraphie et livrent un échantillon de la circulation monétaire dans le cadre des lieux de culte et de leurs dépendances dans une petite cité africaine entre Ve et VIIe s.
Les données sont confrontées aux interprétations avancées dans les volumes précédents et dans celui de T. Mukaï qui traitait du matériel céramique du groupe épiscopal. Elles les confirment et montrent qu’au cours de l’ensemble de la période, les échanges quotidiens reposent de façon minoritaire sur des frappes de la seconde moitié du IVe s. tandis que la part essentielle revient aux imitations de ces mêmes espèces, sans renouvellement notable du stock. Quelques unités apportent des précisions sur les datations, occasion d’un retour sur l’histoire de cette partie de la cité, voire de la cité elle-même.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/48232 2023-02-06 Aïcha Ben Abed-ben Kheder, Michel Fixot et Lucas Helfer-Lebert Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
« In partibus fidelium ». Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIX<sup>e</sup>-XXI<sup>e</sup> siècles) En quoi les missions chrétiennes du Levant ont-elles été des lieux de production de savoirs « orientaux » ? Comment ces connaissances ont-elles circulé de part et d’autre de la Méditerranée ? Comment ont-elles été reformulées et réappropriées localement ? Cet ouvrage se penche sur l’assimilation en Europe de connaissances relatives aux cultures chrétiennes-orientales et sur le rôle que les missions ont joué dans ce processus. Collectés et élaborés dans les grandes bibliothèques et universités européennes, puis intégrés par les structures de gouvernance des Églises, ces nouveaux savoirs ont aussi été réappropriés dans l’espace d’où ils étaient issus. Ils ont donné lieu à des prises de conscience patrimoniales à côté des expériences tragiques de la fin de l’Empire ottoman et de l’établissement de nouveaux États.
Ce travail éclaire ainsi la dimension intellectuelle des dynamiques d’arabisation des Églises locales, de reformulation des frontières confessionnelles et de construction d’identités communautaires et nationales au Moyen-Orient. Il montre enfin comment les missions contribuent à la mise en valeur du patrimoine culturel oriental, et comment le domaine du savoir participe d’une évolution de la notion de mission depuis la période ottomane.

In what ways were the Christian missions in the Levant places of production of 'oriental' knowledge? Many late nineteenth and early twentieth-century academics utilised knowledge production from Christian missions, notably by way of scholarly Orientalism. However, the history of this knowledge is also a history of representations: while missionary knowledge helped showcase the cultural and religious traditions of Eastern Christianity, what were the underlying motives and especially the consequences? This book examines the formulation and circulation of Eastern Christian knowledge on either side of the Mediterranean, the study of which is sometimes rooted in non-Anglophone academic traditions. The aim is to shed light on how knowledge relating to Eastern Christianity was assimilated in Europe, as well as the role missions played in this process, especially from the last third of the nineteenth century, when the institutions and instruments for the circulation of knowledge emerged. Another objective is to address the circulations and transformations of this knowledge on either side of the Mediterranean: collected and developed in major European libraries and universities, it was integrated by the governance structures of churches, but quite often also returned to the space it originated from, where it was reappropriated and gave rise to patrimonial processes, notably alongside the sometimes tragic experiences of certain communities during the end of the Ottoman Empire and the establishment of new states. Christian missions, at the intersection of East and West, were at the heart of this dynamic .

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/45768 2023-01-12 Marie Levant, Philippe Bourmaud, Séverine Gabry-Thienpont, Karène Sanchez Summerer et Norig Neveu Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
L’esegesi in figura La ri-lettura delle Scritture ebraiche costituisce un elemento fondante del Cristianesimo, impegnato sin dai primordi nella reinterpretazione del prima alla luce del poi, mantenendo la lettera del testo ma ribaltandone il significato alla luce di una nuova funzione. Le Scritture ebraiche divennero così l’Antico Testamento, inscindibilmente legato al Nuovo Testamento quale antecedente storico e inesauribile fonte di prefigurazioni di Cristo e del messaggio evangelico.
Nel processo di costruzione di un nuovo immaginario religioso, presto si comprese l’importanza della parallela costruzione di un immaginario visuale, partendo dalla rappresentazione di singoli episodi biblici per poi elaborare coerenti sequenze narrative. L’intensa sperimentazione iconografica di età paleocristiana offrì all’alto-medioevo e poi all’età romanica un ricco corpus di temi e schemi da selezionare, rielaborare ed arricchire, ogni volta in funzione del contesto materiale, dello spazio liturgico e dei significati da veicolare.
Coprendo un ampio arco cronologico, il volume affronta tali questioni mediante affondi tematici di storici dell’arte e filologi di diversa provenienza e formazione, ma accomunati da metodologie contestuali e interdisciplinari. Il focus è sulla penisola italiana, ma con significative aperture all’Oltralpe franco-germanico, alla Scandinavia, alla Penisola iberica, all’Oriente bizantino, facendo emergere un intreccio socio-politico-culturale che restituisce un’Europa medievale interconnessa.
 

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/49453 2023-01-12 Fabio Scirea Publications de l’École française de Rome it Publications de l’École française de Rome
De la dictature à l'état d'exception Cet ouvrage collectif naît d’abord d’un contexte. À une époque où les crises s’enchaînent au point de paraître permanentes, les législations d’urgence et les mesures dérogatoires connaissent une expansion telle que l’exception semble devenir la règle. Pourtant, le concept même d’état d’exception ne va pas de soi et alimente, dans le champ académique, de nombreux débats. Ne masque-t-il pas, derrière le sentiment partagé de quitter un monde politique et constitutionnel stabilisé, des situations juridiques très différentes ? Ce faisant, ne nous rend-il pas, paradoxalement, impuissants à penser le monde qui vient ? Les textes rassemblés ici proposent d’élargir ces réflexions en les réinscrivant dans une perspective historique longue. Ils présentent un vaste répertoire des formes historiques de « l’exceptionnalité », depuis l’institution romaine de la dictature jusqu’à l’état d’urgence contemporain, en tenant compte des normes et des pratiques juridico-politiques, mais aussi des concepts qui leur ont été associés. Au fil d’un dialogue entre histoire et philosophie, l’ouvrage s’ouvre à d’autres disciplines et aux réflexions transversales qui ont accompagné ces concepts. Il interroge la manière dont des termes « dictature » ou « état d’exception » circulent et se modifient, en laissant émerger des questions récurrentes, notamment autour du rapport du droit et du politique à l’histoire et au temps.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/47234 2022-12-09 Marie Goupy et Yann Rivière Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Bibliographie analytique de l’Afrique antique LI (2017) Ce volume de la B.A.A.A. permet de rattraper plusieurs lacunes des deux volumes antérieurs puisque le travail de notre équipe a repris plus aisément avec la fin de la crise sanitaire. Nous observons cette année l’abondance des travaux de géographie historique, en particulier ceux qui sont à la croisée des sources pour identifier les peuples et les cités d’Afrique. Nous déplorons comme chaque année le nombre très faible des publications de numismatique, alors même que la documentation est abondante et les réserves des musées maghrébins très riches. Nous plaidons pour que leur accès aux chercheurs de toute origine soit facilité, au nom de l’intérêt scientifique général.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/48572 2022-12-02 Claude Briand-Ponsart, Michèle Coltelloni-Trannoy, Stéphanie Guédon, Lluís Pons Pujol, Laurent Callegarin, Mathilde Cazeaux, Elsa Rocca et Thomas Villey Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Guerres et richesses d’une nation Comment Florence la guelfe, cité industrieuse et commerciale, peut-elle résoudre son problème portuaire en bénéficiant des infrastructures et de la flotte de Pise la gibeline au XIVe siècle ? Dépassant le campanilisme historiographique, cet ouvrage interroge les relations, tour à tour houleuses et cordiales, entre deux villes ennemies sur le plan politique mais aux économies complémentaires. Ne se contentant pas d’une histoire centrée sur les marchands et les compagnies commerciales, ce livre examine le rôle crucial des institutions – en particulier de la nation et des tribunaux marchands – dans la régulation et le dynamisme de l’économie florentine. Les nations marchandes restent mal connues dans le cas florentin. Or, le cas de Pise révèle plusieurs originalités : la certification de la citoyenneté, une direction bicéphale, une loggia dans le palais-même du seigneur. De plus, la connaissance fine des finances de la nation, qui permet de reconstituer le trafic florentin, prouve que la sécurisation des échanges importe davantage que la réduction des coûts. Cette nation est ainsi le prolongement à l’étranger du tribunal de la Mercanzia florentine, amenée à gérer les conflits sur les douanes, les faillites, les représailles et à aplanir les conflits par la voie judiciaire.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/27582 2022-11-14 Cédric Quertier Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Les marchés de la mer Cette recherche étudie les modalités d’approvisionnement de la ville de Venise en produits de la mer (poissons, crustacés et coquillages) au XVIIIe siècle, dans un système qui concerne à la fois des acteurs, des pratiques, des espaces et des modes de gouvernement. L’analyse prend comme point de départ les espèces, leurs lieux de croissance, les rythmes de production, puis l’exploitation du poisson qui devient une ressource alimentaire pour la ville. À Venise, l’ensemble des habitants, des patriciens aux membres du popolo les plus fragiles, consomme des produits de la mer quotidiennement et sous toutes leurs formes. Cette place remarquable du poisson dans l’alimentation a entraîné, chez les acteurs impliqués dans ce système, pêcheurs, marchands et gouvernants, d’intenses réflexions autour de la propriété, de la gestion, de l’exploitation et de la protection des espèces. L’étude se situe par conséquent à la croisée de plusieurs champs historiques (histoire environnementale, histoire sociale et histoire des institutions) et emprunte également certaines de ses approches à l’histoire économique et à l’histoire urbaine. L’enjeu est de déterminer comment se crée et se négocie un système de gestion et d’exploitation d’une ressource, impliquant des savoirs politiques, des savoirs techniques et des usages particuliers élaborés dans des milieux lagunaires et maritimes. Cette interaction est en pleine évolution au XVIIIe siècle, à une période où les mécanismes marchands et économiques sont soumis à des évolutions de conception profondes. Les ressources de la mer n’échappent pas à ces questionnements et la materia del pesce, expression utilisée par les magistrats vénitiens, devient un espace de négociation, mais également de lutte, entre les acteurs du système et les gouvernants dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/43127 2022-11-07 Solène Rivoal Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Exil, asile : du droit aux pratiques (XVI<sup>e</sup> -XIX<sup>e</sup> siècle) D’où vient la reconnaissance de l’asile et quels effets ont eu sur les plans juridique et administratif les vagues d’exil qui se sont succédé en Europe, du temps des guerres de Religion à celui des nations du XIXe siècle ? Pour répondre à cette question, il fallait que l’histoire du droit et celle des idées se combinent avec l’examen des parcours d’individus confrontés à l’attitude de protection ou de surveillance des autorités de divers États. Aux expériences de Venise à l’époque moderne et de l’exil protestant depuis la Hongrie ou vers les Amériques en passant par les pays du Refuge européen font écho les ajustements politiques issus de la Révolution et les réponses données au siècle suivant en France ou dans la péninsule italienne. Quatre sections structurent l’ouvrage. L’asile devient à partir du XVIe siècle une forme juridique qui se détache peu à peu de l’Église. Les expériences d’exil ponctuent une quête de liberté et de tolérance religieuse. Les exilés accueillis ou refusés se transforment en enjeux de stratégies internationales des États européens. Enfin, le XIXe siècle donne un contenu effectif à l’asile sans que le droit d’asile soit reconnu et pratiqué de façon universelle, laissant place à des modes de surveillance et de contrôle de plus en plus affinés.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/21965 2022-09-30 Gilles Bertrand, Catherine Brice et Mario Infelise Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Image et droit Ce livre est issu d’une série de trois colloques à l’École française de Rome qui entendait non pas revenir sur les représentations de la justice, mais s’interroger sur l’usage anthropologique des images juridiques, en partant du fondement antique jusqu’à la période récente où celui-ci est largement relu, commenté et exploité : que signifie avoir droit à l’image ? Comment les enjeux religieux fondent-ils une partie du droit des images depuis l’Antiquité jusqu’à la période moderne ? Quelle place ont les images non seulement dans la production juridique de l’époque moderne et contemporaine, mais également dans l’économie du texte juridique ? Les débats théologiques sur la licéité des images, qui occupent une place historique majeure dans cette réflexion, donnent-ils naissance à une jurisprudence particulière sur les usages ?
Cet ouvrage a ainsi pour double vocation de faire dialoguer des spécialistes européens, principalement français, allemands et anglo-saxons issus de plusieurs disciplines, en associant les sciences humaines et les sciences juridiques, et de permettre une réflexion diachronique sur ledroit des images, des images qui créent du droit, des images objets du droit ou encore des fictions juridiques qu’elles soient anciennes ou actuelles. Il permet d’esquisser les contours d’un droit des images et d’un droit aux images qui demeurent encore aujourd’hui l’objet de luttes et de conflits.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/38685 2022-09-21 Naïma Ghermani et Caroline Michel D'Annoville Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Forme du savoir, forme de pouvoir Parmi les livres qui ont permis aux sociétés modernes et contemporaines d’élaborer une nouvelle compréhension du monde terrestre à la suite des entreprises de découverte et de conquête engagées par les puissances européennes, les atlas géographiques, dès leur apparition en Europe à la fin du XVIe siècle, ont occupé une place déterminante. À la fois espaces d’expérimentation graphique et produits de synthèses intellectuelles, mais aussi objets de prestige et de pouvoir, ils offraient à leurs utilisateurs l’image et le récit d’une maîtrise réelle et symbolique possible de l’espace. Le présent ouvrage a pour ambition d’étudier les atlas géographiques dans l’histoire de leurs productions, de leurs transformations, de leurs circulations, ainsi que de leurs effets sociaux et politiques. Il propose également d’envisager l’atlas, de manière générale, comme une forme éditoriale spécifique qui organise les conditions visuelles du savoir sur le monde. Les atlas géographiques sont, d’une part, étudiés dans leur fonction politique, c’est-à-dire dans le rôle qu’ils ont pu jouer dans l’exercice du pouvoir, dans la fabrication des territoires et dans le développement des imaginaires politiques. Ils sont, d’autre part, considérés dans leur portée cognitive, c’est-à-dire comme des dispositifs graphiques de construction, d’organisation, de conservation et de transport des connaissances géographiques. Ils sont, enfin, reconnus comme des objets matériels, qui relèvent de pratiques graphiques et éditoriales spécifiques et de métiers particuliers (le dessin, la gravure, l’imprimerie, la librairie).

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/21438 2022-09-19 Jean-Marc Besse Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Cicéron et la Commune Cicéron, en tant que maître d’éloquence, est l’un des auteurs classiques les plus copiés au Moyen Âge. Figure tutélaire de la rhétorique, il est aussi un modèle récurrent des pratiques vertueuses, christianisé par les Pères de l’Église. À ces influences, l’historiographie consacrée à l’Italie communale a ajouté une dimension politique, en notant, tout particulièrement dans le cadre florentin, l’application des normes cicéroniennes aux définitions du juste gouvernement et du bon citoyen. Or cette dette médiévale n’est pas datée avec précision par les historiens : à quand faire remonter les prémices de l’« humanisme civique » ?
Ce livre vise à estimer le rôle formateur et légitimateur attribué à Cicéron quant aux normes civiques communales. Par le biais de l’auteur classique, il interroge l’unité et les spécificités des idéaux politiques de cet espace institutionnel en mobilisant un large corpus : sources normatives, florilèges, dictamina, traités de regimine, traductions invitent à reconsidérer le regard « républicain » qu’aurait porté le lecteur médiéval sur ce modèle antique.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/31275 2022-08-26 Carole Mabboux Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
Le bureau des âmes Ce livre est le résultat d’une enquête menée sur les archives les plus anciennes d’une institution originale et mal connue : la Pénitencerie apostolique. Né au tout début du XIIIe siècle dans le giron d’une papauté exerçant son pouvoir sur tout l’Occident latin, ce nouvel office fut d’abord chargé d’entendre en confession les pèlerins qui se rendaient à Rome pour demander l’absolution de leurs péchés. Puis il se vit mandaté pour répondre aux suppliques qui, chaque jour, étaient adressées au souverain pontife. L’enquête s’appuie donc sur les « formulaires » voués à recueillir, réordonner et abréger les milliers de lettres que la Pénitencerie expédiait en réponse aux suppliants. Véritables répertoires d’exemples, dans lesquels la forme et la norme étaient indissociables, ces manuels reflètent tous les cas de figure auxquels pouvait être confrontée la Pénitencerie : homicides, naissances illégitimes, mariages incestueux, faux et usage de faux, moines ayant fui leurs couvents, etc. À tous ces suppliants, le tribunal du pape avait la charge d’octroyer des dispenses, des licences ou des absolutions, parfois dans le secret du « for de la confession ». Situé au croisement d’une histoire des pratiques de l’écrit et de l’avènement des bureaucraties, du gouvernement pastoral et de la souveraineté pontificale, de la confession auriculaire et de l’espace public, ce livre entend dépasser le cadre classique de la monographie institutionnelle.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/38420 2022-08-01 Arnaud Fossier Publications de l’École française de Rome fr Publications de l’École française de Rome
La ceramica di Cencelle nel Medioevo Cencelle è una città di fondazione papale, costruita nell’854 per accogliere gli abitanti di Civitavecchia fuggiti negli assalti musulmani del IX secolo. Negli scavi condotti dall’École Française de Rome a Cencelle (1994-1999) è stato riportato alla luce un vasto settore del sito medievale, frequentato fino all’abbandono dell’insediamento. Al suo interno sono state rinvenute ceramiche prodotte in area altolaziale in gran parte riferibili a un atelier attivo all’interno della città nella seconda metà del Trecento. In questo volume viene presentato l’insieme complessivo di tutti i rinvenimenti ceramici recuperati all’interno dei diversi ambienti, secondo un’organizzazione tradizionale in classi di materiali, tenendo conto sia delle produzioni fini da mensa (produzioni rivestite e dipinte), sia di quelle comuni prive di decorazione e rivestimento. Oltre alle caratteristiche salienti di ogni raggruppamento riconosciuto nei contesti di scavo, vengono espresse le quantità minime, la diffusione all’interno del sito e le relazioni con gli altri insediamenti vicini. Sono caratterizzate tutte le tipologie di impasto, su cui sono state compiute analisi mineralogiche, i vari gruppi di rivestimento interno ed esterno, i motivi decorativi oltre alla distribuzione nei diversi periodi individuati nella sequenza stratigrafica di tutti i prototipi classificati, a partire dalla metà del IX fino al primo quarto del XV secolo.

]]>
https://0-books-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/efr/38017 2022-07-28 Enrico Cirelli Publications de l’École française de Rome it Publications de l’École française de Rome